Quelles sont les origines de la musique metal ?

histoire du metal

Aujourd’hui, la musique metal trouve son audimat dans le monde entier. Elle attire un public de plus en plus nombreux, et de plus en plus diversifié. Le Hellfest par exemple, se tient chaque année à guichet fermé, et bien que le festival s’agrandisse sans cesse, il ne peut accueillir tous ceux qui souhaiteraient y assister. En octobre 2020, surfant sur cette tendance, verra également le jour, la première convention dédiée au genre, Metalhead convention. Quelles sont les origines du metal, et comment s’est déroulée l’ascension de ce genre musical ?

Les débuts de la musique metal

Grossièrement, la musique metal est souvent assimilée à un dérivé du genre Hard Rock, en raison de l’importance donnée aux guitares saturées et au rythme puissant de la batterie. Parmi les précurseurs, aujourd’hui considérés comme des références incontournables du heavy-metal, on peut citer de nombreux groupes formés à la fin des années 60 et dans le courant des années 70 : Black Sabbath, bien évidemment, mais aussi Iron Maiden, Aerosmith, et bien d’autres encore.
Malgré le phénomène disco, la musique metal commence à connaitre un développement considérable dès le début des années 80. Les sous- genres de metal se diversifient, et on assiste par exemple à une véritable déferlante de groupes de glam metal, comme Motley Crue ou les Guns N’Roses. En parallèle, on note également l’apparition de groupes qui posent les bases d’un genre beaucoup plus extrême, comme par exemple Venom, considéré comme un initiateur du death et du black metal.
Cette diversification se poursuit tout au long des années 80, si bien qu’à la fin de la décennie, une frontière commence à se dessiner nettement parmi les différents groupes de metal. D’un côté, on y trouve les « mastodontes », comme Judas Priest ou AC /DC, qui sont connus internationalement et qui remplissent des stades entiers, et de l’autre, on rencontre une mouvance se voulant beaucoup plus underground, avec des groupes tels que Mayhem ou Napalm Death.

Le metal part à la conquête du grand public

De nombreux sous-genres apparus dans le courant des années 80 continuent de se développer dans les années 90 : death metal, black metal, speed metal, thrash metal, doom metal, nu metal, grindocre….
Si certains groupes font le choix d’adopter une attitude puriste, et composent en fonction des codes traditionnels de leur genre musical, d’autres décident d’opter pour une posture plus ouverte au grand public. Metallica par exemple, séduit le monde entier avec la ballade « Nothing Else Matter », qui est parfaitement accessible au grand public, mais dont les sonorités rappellent tout de même le genre metal.
Les années 90 sont propices à de nouvelles expérimentations, et de nombreux groupes tentent d’intégrer des influences extérieures à leur musique, ce qui attire un plus large public. Cette tendance se décline sous une multitude de formes : certains groupes de metal symphonique, comme Nightwish, n’hésitent pas à puiser leur inspiration dans la musique classique, alors que d’autres, comme Korn ou Slipknot, tentent un mix astucieux entre rap et metal, qui plait beaucoup au public.

Internet : le tournant de la diffusion du metal

Au début des années 2000, l’apparition d’internet s’avère extrêmement favorable au développement du genre metal. Souvent «snobé » par les médias classiques, il bénéficie soudain d’un champ de diffusion illimitée !
Dans ce contexte, les groupes peuvent alors profiter d’une multitude de nouveaux outils. De nombreux médias spécialisés dans la musique metal voient ainsi le jour (webzine, blogs), et les groupes ont également accès à des sites tels que Myspace ou Youtube pour faire connaitre leur musique. Aujourd’hui et plus que jamais, internet est indispensable à la plupart des groupes de metal, qui possèdent presque systématiquement une fanpage sur Facebook ou sur d’autres réseaux sociaux.

Initialement réservé à un public très ciblé, le metal a su gagner en influence aux cours des dernières décennies, et il est aujourd’hui suffisamment fédérateur pour rassembler plusieurs centaines milliers de personnes en concert ou en festival. Selon les sous-catégories musicales auxquelles ils appartiennent, certains groupes sont dans l’optique de séduire un public toujours plus large, alors que d’autres préfèrent rester plus marginaux avec des compositions traditionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *